Elle est nostalgique.

Publié le par Harlequin Girl



Amour. Est-ce parce que la Saint Valentin se rapproche à grand pas que j'y pense autant ? Ou parce que j'aime quelqu'un qui ignore tout de mes sentiments ? Quoiqu'il en soit, j'y pense. Enormément. Je devrais peut-être zapper de mon régime alimentaire toutes les séries à la con où l'amour est présent jour et nuit dans la vie de nos supers héros ... ça aurait le mérite de moins saper mon moral. Il y a déjà suffisamment de gens heureux en amour autour de moi qui me donnent la nausée. Non, je ne suis pas jalouse. Non, je ne suis pas envieuse. Je suis simplement triste que tout se soit arrêté pour moi. Je suis nostalgique de ces moments passés à deux, avec celui que l'on aime. Nostalgique de la découverte de l'autre ... apprendre à le connaître, à savoir comment l'autre vit, comment il réagit, ce qui lui plait, ce qui le fait rire, ou pleurer. Et puis, cette découverte du corps de l'autre. La pudeur des débuts, qui laisse place à une complicité dont on ne pourrait se lasser. Toujours en quête d'un baiser de l'autre, d'une caresse, d'un souffle, d'un murmurre. Cette présence aussi ... Savoir que l'on ne se réveillera pas seule le matin ... et inversement, qu'on ne s'endormira pas seule non plus. On est toujours plus fort quand on est deux. Seule, je me sens comme désarmée, nue, démunie, vulnérable. Et quand je suis seule, je repense à quand j'étais deux. Quand je faisais à manger pour deux, qu'on se battait pour le menu, en fonction des goûts de chacun, quand on décidait du programme TV en se disputant la télécommande, quand on prenait nos douches à deux, pour éviter de gaspiller du temps et de l'eau, quand on s'envoyait des textos alors qu'on était dans la même pièce, mais que ce geste nous manquait ... Je suis nostalgique de tout ce que la vie à deux apporte, de tout ce qu'être deux représente. Se sentir aimée dans les yeux de l'autre, avoir de l'importance pour une seule personne, compter sur l'autre, se sentir en sécurité, se dire que désormais, nos vies sont liées ... que le choix de l'autre peut se répercuter sur nous. En attendant, je suis seule, et mes actes n'ont de retombés sur personne, ou pas sur la bonne personne. Il y a toujours un côté froid dans le lit, je saute souvent les repas parce que cuisiner pour moi toute seule ne m'intéresse pas, je regarde des débilités à la TV car il n'y a personne pour me faire découvrir un autre programme, je ne me maquille pas tous les jours car je n'ai personne à qui plaire, je n'ai plus besoin de Post-It car aucune recommandation à noter en mon absence. Je crois que je vis mal la solitude, car je n'ai même plus la tortue dont je pouvais m'occuper et avec qui j'aimais parler.

Publié dans 100% Moi

Commenter cet article